effiler


effiler

effiler [ efile ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1526; de fil
1Défaire (un tissu) fil à fil. 1. défiler, éfaufiler, effilocher, effranger, parfiler. Pronom. Bord sans ourlet qui s'effile. Fig. « Le vent d'est effilait les fumées des toits » (F. Mauriac).
Effiler les hariciots verts, en retirer les fils.
2Rendre effilé. allonger, amincir. « Son nez que la nature avait effilé en bec d'oiseau... » (Green). Pronom. « Le visage s'effile en avant comme une lame » (Martin du Gard). Effiler les cheveux, les couper de manière que les mèches s'amincissent à leur extrémité.
⊗ CONTR. Élargir, épaissir.

effiler verbe transitif Défaire un tissu, le détisser fil à fil. Enlever les fils des haricots. Rendre quelque chose mince, fin comme un fil, en l'allongeant : Effiler sa moustache. Diminuer l'épaisseur des cheveux en leur donnant une forme coiffante. Couper en lamelles très fines des amandes, des pistaches, etc. ● effiler (synonymes) verbe transitif Défaire un tissu, le détisser fil à fil.
Synonymes :

effiler
v. tr.
d1./d Défaire (une étoffe) fil à fil.
|| v. Pron. Tissu qui s'effile.
d2./d Rendre mince comme un fil; rendre effilé. Effiler une lame.
|| v. Pron. Aller en s'amincissant. Ce cap s'effile à son extrémité.

EFFILER, verbe.
A.— Emploi trans.
1. Détisser (une étoffe) fil à fil. La luxure, (...), s'amuse à effiler lentement le bas de sa robe, dont les brins de soie, emportés par le vent, vont voltiger (FLAUB., Tentation, 1849, p. 485). Elles faisaient de la charpie pour les blessés (...) elles (...) déchiraient la toile par bandes étroites, puis l'effilaient (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 88).
P. méton. Effiler de la charpie. Effiler du linge pour en faire de la charpie.
Rem. Attesté ds LITTRÉ, Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr., DG et ROB.
P. anal. Ôter les fils (des haricots). Il y avait toujours des pois à écosser, des haricots verts à effiler (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 253).
P. métaph. Il en perdit le boire (...) et quant au dormir, il en effilait silencieusement les heures (D'ESPARBÈS, Dern. lys., 1898, p. 285) :
1. Le clair de lune fait dans la vallée une espèce d'ouate lumineuse, si légère que le mouvement de l'air l'effile en longues traînées qui montent obliquement dans le ciel, ...
BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1142.
2. Rendre fin et allongé comme un fil. [À Assise], l'église supérieure, toute exhaussée dans l'air et dans la lumière, effile ses colonnettes, aiguise ses ogives, amincit ses arceaux (TAINE, Voy. Ital., t. 2, 1866, p. 23). Il était rasé de près, poudré, et on avait effilé ses moustaches avec un niger très noir (GIONO, Bonh. fou, 1957, p. 68) :
2. ... elle [Miss Stevens] a les mains d'une fille vertueuse comme l'arche sainte; elles sont si rougeaudes que je n'ai pas encore imaginé le moyen de les lui blanchir sans trop de frais, et je ne sais comment lui en effiler les doigts qui ressemblent à des boudins.
BALZAC, Le Contrat de mariage, 1835, p. 352.
P. métaph. La voix des nonnes l'effilait [le « Kyrie Eleison »] et le lissait quand même, satinait le son de son glas (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 218). C'était ce qu'il [Philippe] avait de si singulier dans l'esprit, cette possibilité d'allonger et d'effiler la sensation, sans la briser, jusqu'à la plus fine courbure (NOAILLES, Nouv. espér., 1903, p. 237).
Spéc. Effiler les cheveux. Diminuer leur épaisseur en coupant chaque mèche en dégradé avec un rasoir ou un ciseau approprié.
Rem. Attesté ds tous les dict. gén., Ac. 1798 et 1932 excepté.
3. CHASSE. Effiler un chien. L'épuiser en le faisant trop courir. On court risque d'effiler ou d'énerver les chiens, quand on les fait chasser trop jeunes ou trop longtemps la première fois (BAUDR. Chasses, 1834).
B.— Emploi pronom. à sens passif
1. [En parlant d'une étoffe] Se défaire fil à fil. Une couverture verte (...) dont la frange était faite par les fils qui s'effilaient (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 328). Elle prit une robe dont les bords s'effilaient, et la répara (ARLAND, Ordre, 1929, p. 358).
2. S'allonger en devenant plus mince.
a) [Le suj. désigne un être animé ou une partie de son corps] On dirait que je dors, parce que mes yeux s'effilent jusqu'à sembler le prolongement du trait velouté (COLETTE, Dialog. bêtes, 1905, p. 110). Le visage s'effile en avant comme une lame (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 348).
b) [Le suj. désigne un inanimé concr. ou abstr.] Le cap Griffe, recourbé en forme de yatagan, s'effilait nettement à quatre milles environ vers le Sud-Est (VERNE, Île myst., 1874, p. 190) :
3. Il semble bien que le rêve soit fait, (...), avec la matière parfois la plus grossière de la vie, mais cette matière y est « traitée », malaxée de telle sorte — avec un étirement dû à ce qu'aucune des limites horaires de l'état de veille ne l'empêche de s'effiler à des hauteurs inouïes — qu'on ne la reconnaît pas.
PROUST, La Prisonnière, 1922, p. 121.
P. métaph. :
4. Ces nuages ne touchent pas tout à fait à l'horizon : une bande lumineuse qui va s'effilant par les extrémités court entre eux et la ligne bleue de la terre.
M. DE GUÉRIN, Journal intime, 1833, p. 180.
3. CHASSE. [En parlant d'un chien] Être épuisé par des courses trop longues ou trop fréquentes. Alors les pauvres chiens s'effilent en courant (ARÈNE, Veine argile, 1896, p. 197).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. effilade au sens de « estafilade ». Elle a commencé à leur riposter à coups de couteau et ils ont aux bras des effilades effroyables (FLAUB., Corresp., 1858, p. 275).
Prononc. et Orth. :[efile], (j')effile [efil]. Sous l'influence des lettres redoublées, LITTRÉ et BARBEAU-RODHE 1930 transcrivent []. Cf. aussi, à titre de var. ds WARN. 1968. Enq. : /efil/ (il) effile. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [Fin du XIe s. esfiler « s'effiler, se défaire fil à fil, se dénouer » (RASCHI Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, n° 395 [ms. 14e?]), attest. isolée; à nouv. 1611 effiler « défaire un tissu fil à fil » (COTGR.); 2. a) [1526 part. passé adj. effilé « aiguisé » fig. (G. CRETIN, Passetemps des chiens et des oiseaux, 10, Jouaust ds R. Hist. litt. Fr., t. 11, p. 495 : babil si effilé [affilé ds éd. K. Chesney, p. 101])]; 1654-55 éfilé « long et mince » (N. PERROT D'ABLANCOURT, Trad. de Lucien, t. 3 ds RICH. 1680); 1781 pronom. « s'amincir » (BUFFON, Hist. naturelle, t. 8, p. 139 : l'une et l'autre mandibule allant également en s'effilant); b) 1680 spéc. cheval éfilé (RICH.). Dér. de fil; préf. ef- (é-); dés. -er. Fréq. abs. littér. :67.
DÉR. 1. Effilage, subst. masc. Action d'effiler un tissu; résultat de cette action. Rem. Attesté ds tous les dict. gén., excepté Ac. 1798-1878, DUB.; admis ds Ac. 1932. []. Pour [] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Ds Ac. 1932. 1res attest. a) av. 1780 « action d'effiler » (Mme du Deffant ds GUÉRIN 1892). b) 1845 « état de ce qui est effilé » (BESCH. 1845); de effiler, suff. -age. Fréq. abs. littér. : 4. 2. Effilement, subst. masc. État, qualité de ce qui est effilé. La figure de Gilberte m'offrait maintenant (...), un certain effilement aigu du nez (PROUST, Swann, 1913, p. 401). []. Pour [] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Mais n'est transcrit ni ds LITTRÉ, ni ds BARBEAU-RODHE 1930, ni ds WARN. 1968. 1re attest. 1796 (DUSAULX, Voy. Barège, t. 1, p. 238); du rad. de effiler, suff. -(e)ment1. 3. Effileur, euse, subst. Personne qui effile (de la toile). Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén.; admis ds Ac. 1932. [], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1932. Pour [] ouvert à l'initiale, cf. effiler. 1re attest. 1870 effileur « celui qui effile » (Gaz. des Trib., 8 juillet ds LITTRÉ); du rad. de effiler, suff. -eur2. 4. Effilure, subst. fém. Fil, bourre, ouate, provenant d'un tissu effilé. Un tube de verre, muni d'une effilure qui s'adapte sur le tube à remplir (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 380). []. Pour [] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Le mot est admis ds Ac. 1932. 1re attest 1685 (C. DELLON, Voyages, t. 2, p. 98, éd. de 1709 ds DG), de effiler, suff. -ure.

effiler [efile] v. tr.
ÉTYM. 1526, au p. p. « aiguisé »; attestation isolée, fin XIe, s'esfiler « se défaire fil à fil »; de é-, fil, et suff. verbal.
———
I (1611). Défaire (un tissu) fil à fil. Défiler, détisser, éfaufiler, effilocher, effranger, érailler, parfiler. || Effiler une étoffe. || Effiler de la toile pour en faire de la charpie, et, par ext., effiler de la charpie.
Figuré :
1 (…) la lune effilait entre les branches une pluie de rayons fins qui glissaient jusqu'à terre en mouillant les feuilles et se répandait sur le chemin par petites flaques de clarté jaune.
Maupassant, Fort comme la mort, p. 202.
2 (…) le vent d'est effilait les fumées des toits et des herbes brûlées.
F. Mauriac, Souffrances et bonheur du chrétien, p. 154.
Par anal. || Effiler des haricots verts, en enlever les fils.
———
II Amincir; rendre allongé et fin ou pointu. || Effiler la pointe d'un crayon.
3 (…) avec quelle élégante fierté Moréas, tout en parlant, en effilait les pointes (de ses moustaches) !
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 204.
4 (…) toute la laideur morale de l'individu paraissait, résumée dans son nez que la nature avait effilé en bec d'oiseau (…)
J. Green, Léviathan, I, X, p. 87.
Effiler (les cheveux), les couper de manière que les mèches s'amincissent à leur extrémité et à diminuer l'épaisseur des cheveux.
———
III Chasse. || Effiler les chiens, les épuiser de fatigue.
——————
s'effiler v. pron. (passif).
1 (1606, in D. D. L.). Se défaire, en parlant d'une étoffe, d'un tissu. || Le bord de cette étoffe s'effile.Spécialt. || Fil de laine qui s'effile, qui laisse échapper des brins lorsque sa torsion est insuffisante.Fig. || Fumée qui s'effile au vent (→ Brouillard, cit. 7).
2 (1781). S'amincir, se rétrécir en s'allongeant. Amincir (s'); allonger (s'). || Visage qui s'effile en lame de couteau. || Salle qui s'effile en ogive (→ Côte, cit. 6).
5 Le visage s'effile en avant comme une lame.
Martin du Gard, Jean Barois, II, II, p. 217.
——————
effilé, ée p. p. adj.
1 Dont le fil est défait. || Linge effilé. || Toile effilée.
2 (1654). Qui va en s'amincissant. Aigu, allongé, délié, étroit, long, mince. || Crayon effilé. || Taille effilée. Élancé, svelte. || Visage effilé. || Doigts effilés.
6 L'encolure d'un cygne, effilée et bien droite (…)
Molière, les Fâcheux, II, 6.
7 Sa longue figure effilée, son petit visage de pomme cuite, son air mou, sa démarche nonchalante, excitaient les enfants à se moquer de lui.
Rousseau, les Confessions, I.
8 (…) comme le bout de ses doigts est admirablement effilé !
Th. Gautier, Mlle de Maupin, III, p. 43.
9 Du visage et du corps, également effilés, on ne savait lequel était le plus spirituel.
Maurice Clavel, le Tiers des étoiles, p. 23.
(1680). Techn. || Cheval effilé, à l'encolure fine et déliée.
Amandes effilées, coupées en lamelles très fines.
Volaille effilée, poulet effilé, dont seuls les intestins ont été enlevés, mais qui garde le gésier.
3 Chasse. || Chien effilé, épuisé par la course ou qui a couru trop jeune.
4 N. m. Effilé.
CONTR. Filer. — Élargir, épaissir, grossir. — (Du p. p.) Épais, gros, large.
DÉR. Effilage, effilé, effilement, effileur, effilure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • effiler — 1. (è fi lé) v. a. 1°   Défaire un tissu fil à fil. Effiler une toile. •   Parfiler.... c est effiler une étoffe, la détisser fil à fil, VOLT. Dial. 13. •   Je hasarde quelques conjectures au risque de faire rire celui qui effile la charpie à l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • effiler — EFFILER. v. a. Défaire un tissu fil à fil. Effiler une toile. Bougier le bord d une toile ou d une étoffe, de peur qu elle ne s effile.Effilé, ée. participe. f♛/b] On dit, Avoir la taille effilée, pour dire, Avoir une taille trop menue et trop… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • effiler — Effiler. v. act. Deffaire un tissu fil à fil. Effiler une toile. cirer le bord d une toile & d une estoffe de peur qu elle ne s effile …   Dictionnaire de l'Académie française

  • effiler — vt. , ôter // enlever effiler les fils des effiler pois /// haricots : éflyolâ vt. (Saxel), éfilâ, doûtâ lô fi <ôter les fils> (Albanais.001). E. : Effioler. A1) effiler (un tissu, un tricot) : défére vt. (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • EFFILER — v. a. Défaire un tissu fil à fil. Effiler une toile. On l emploie aussi avec le pronom personnel. Bougier le bord d une étoffe, de crainte qu elle ne s effile.   Effiler les cheveux, Les dégarnir en les coupant en pointe. EFFILÉ, ÉE. participe,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • EFFILER — v. tr. Défaire fil à fil. Effiler une toile. Une étoffe qui s’effile …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • effiler —    Donner le fil à un instrument qui coupe; dites, affiler : j ai affilé mon sabre. Effiler signifie ôter les fils, et non pas donner le fil …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • effilage — [ efilaʒ ] n. m. • av. 1780; de effiler ♦ Action d effiler; état de ce qui est effilé. Spécialt En coiffure, Action d effiler (les cheveux). ● effilage nom masculin Action d effiler. Dans les abattoirs de volailles, opération qui consiste à… …   Encyclopédie Universelle

  • Ciseaux de coiffure — Les ciseaux de coiffure sont des ciseaux utilisés spécifiquement dans la pratique de la coiffure. Les ciseaux de coiffure ne sont, généralement, pas donnés, car ce sont des outils professionnels. Pour une bonne paire de ciseaux, il faut: (voir en …   Wikipédia en Français

  • effranger — [ efrɑ̃ʒe ] v. tr. <conjug. : 3> • 1863; de é et frange ♦ Effiler (un tissu...) sur les bords de manière que les fils pendent comme une frange. ♢ Pronom. S effilocher. « un complet de quinze cents francs, ou un complet de sept cents s… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.